Nous suivre

Ce que la débâcle Apple contre le FBI représente pour vous

Facebook
Twitter
LinkedIn

 

Au vu de la très médiatisée prise de bec entre Apple et le FBI au sujet des données détenues sur un iPhone appartenant à l’un des commanditaires d’un meurtre de masse ayant entraîné la mort de quatorze personnes en décembre, le droit individuel à la vie privée est une nouvelle fois remis en question. Alors que le FBI tente de contraindre Apple à mettre ce que beaucoup appellent une  » porte dérobée  » dans son cryptage, la protection même mise en place pour garantir la vie privée des utilisateurs, les industries de la technologie et de la sécurité sont sur les dents pour essayer de comprendre ce qu’un tel précédent pourrait signifier pour l’avenir.

 

Quelle est la position du public dans ce débat ? 

Une enquête a été menée auprès de mille membres du public britannique et il a été constaté que, dans les faits, 60 % de la population pense que, lorsqu’il s’agit de sécurité nationale, le gouvernement devrait pouvoir surveiller les communications de masse ; 49 % sont allés jusqu’à dire que la sécurité nationale est plus importante que le droit à la vie privée d’un individu. Il semble certainement que le public fasse beaucoup plus confiance au gouvernement que les professionnels de l’informatique, car quand Alien Vault a posé les mêmes questions aux professionnels de l’informatique et de la sécurité, il a constaté que seulement un tiers (34 %) pensait que le gouvernement devrait être en mesure de surveiller les communications de masse. Il s’agit là d’une déconnexion assez importante et qui soulève peut-être plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Principalement, qui a raison ?

 

Pourquoi devrais-je me soucier de ma vie privée numérique ?

Quoi qu’il en soit, les deux études montrent un peu plus clairement qu’il est sûrement grand temps que le public commence à prendre sa vie privée un peu plus au sérieux, notamment en gardant à l’esprit qu’aucun gouvernement n’a un palmarès exceptionnel en matière de protection de ses propres informations. Si les technologies sont mises à jour pour permettre un accès libre pour le gouvernement, alors les criminels seront sans aucun doute en mesure d’en faire autant. Il existe même des outils qui aident à rendre cela plus facile. En d’autres termes, si le gouvernement peut lire vos communications, vous feriez mieux de croire que les cybercriminels ne s’en privent pas non plus. 

 

Où puis-je en savoir plus sur la protection de ma vie privée en ligne ?

Il ne manque pas d’outils que vous pouvez télécharger sur vos appareils pour faciliter la protection de la vie privée. À tout le moins, ils font des utilisateurs une cible plus difficile pour les cybercriminels et les pirates informatiques, réduisant ainsi leur terrain de jeu.