Huawei prévoit d’introduire son système d’exploitation Harmony, considéré comme son remplaçant du système d’exploitation mobile Android de Google, sur les smartphones en 2021, alors qu’il cherche à surmonter les freins qui lui sont imposés par les États-Unis.

L’entreprise a d’abord dévoilé son HarmonyOS propriétaire l’année dernière, qu’elle a présenté comme une plateforme multi-appareils à travers les montres, les ordinateurs portables et les mobiles, plutôt que comme un challenger similaire à l’OS mobile Android de Google.

Les analystes estiment qu’il s’agit de la solution la plus proche d’un remplacement dont dispose Huawei, après son ajout à la liste des entités américaines en mai dernier, qui a interdit à Google de fournir un support technique aux nouveaux modèles de téléphones Huawei utilisant Android, et de Google Mobile Services (GMS), le bouquet de services aux développeurs sur lequel reposent la plupart des applications Android.

Le PDG du groupe d’affaires grand public de Huawei, Richard Yu, et Wang Chenglu, président du département logiciel du groupe d’affaires grand public de Huawei, ont fait le point jeudi lors de la conférence annuelle des développeurs de la société dans la ville de Dongguan, dans le sud de la Chine.

« L’étape importante que nous marquons est que nous prenons en charge les appareils Huawei à partir de Harmony OS 2.0, mais en même temps Harmony OS 2.0 peut également être disponible pour les appareils d’autres fournisseurs », a déclaré Wang. « Harmony OS 2.0 sera disponible pour tous les fabricants de matériel. »

Yu a ajouté que la société avait également ouvert aux développeurs une version bêta pour les téléviseurs intelligents, les montres et les systèmes d’infodivertissement des voitures, et prévoit de la rendre disponible pour les smartphones.

Le fait d’être coupé du support Android de Google a conduit la société à connaître un effondrement des ventes de smartphones à l’étranger, bien que cela ait été compensé plus tard par une poussée de la demande intérieure.

Son alternative à GMS est Huawei Mobile Services (HMS), qui, selon Yu, est maintenant le troisième plus grand écosystème d’applications mobiles au monde. Zhang Pingan, président de la division cloud grand public de Huawei, a déclaré que les clients étrangers acceptaient HMS et que les ventes de téléphones avec HMS avaient « explosé » depuis mai.

Yu a déclaré que la société avait expédié 240 millions de smartphones l’année dernière, ce qui lui a permis de se classer au deuxième rang du marché en 2019, mais a ajouté que les pénuries de logiciels avaient nui aux ventes ces derniers mois et que les expéditions étaient tombées à 105 millions d’unités au premier semestre.

En août, les États-Unis ont élargi les restrictions antérieures visant à empêcher Huawei d’obtenir des semi-conducteurs sans licence spéciale. Des analystes ont déclaré que l’activité de Huawei dans le domaine des smartphones disparaîtrait entièrement si elle ne pouvait pas s’approvisionner en puces.

Le développement de HarmonyOS et de HMS est fascinant. Néanmoins, ce développement aura besoin de matériel pour être livré aux consommateurs. Ainsi, le plus grand défi vient toujours de la perturbation de l’approvisionnement en puces .