Nous suivre

La main-d’œuvre virtuelle : la prochaine étape dans le spectre de l’automatisation

Facebook
Twitter
LinkedIn

Les travailleurs virtuels, l’automatisation des processus robotiques (RPA), l’automatisation des postes de travail, l’intelligence artificielle : ce ne sont là que quelques-uns des termes lancés autour des tables des conseils d’administration des sociétés de marchés des capitaux. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Quelle est la différence entre un travailleur virtuel et un assistant numérique ? Si vous disposez d’une automatisation des postes de travail, avez-vous également besoin d’une main-d’œuvre virtuelle ?

Penser à ces technologies en termes de spectre d’automatisation, du moins automatisé au plus automatisé, peut nous aider à apprécier leurs différences et à comprendre comment elles pourraient s’intégrer dans notre flux de travail.

 

Automatisation du bureau

Dans cette forme d’automatisation de base, un opérateur humain lance manuellement une série d’étapes automatisées. Pensez-y comme un bras bionique assistant les travailleurs avec leur charge de travail. 

 

Robotics process automation (RPA)

Ici, un moteur programmé imite les activités manuelles d’un utilisateur humain. Ce travailleur virtuel peut fonctionner seul sans assistance. 

 

Assistants numériques

À l’extrémité du spectre de l’automatisation se trouvent les assistants numériques, ce sont des personnages générés par l’ordinateur qui font passer l’IA au niveau supérieur. Les assistants numériques peuvent engager des conversations, répondre à des questions et fournir des conseils, le tout sans manquer un battement.

 

Intelligence artificielle (IA)

Se déplaçant le long du continuum, l’IA utilise de multiples technologies pour donner aux ordinateurs la capacité de sentir, percevoir, comprendre, raisonner et même apprendre. La plupart des gens associent l’IA aux films de science-fiction futuristes, mais elle n’est pas aussi éloignée que vous le pensez.

 

Où en est l’industrie aujourd’hui ?

Aujourd’hui, la plupart des efforts d’automatisation des sociétés de marchés de capitaux relèvent de l’automatisation des postes de travail, mais l’intérêt du secteur pour les effectifs virtuels augmente rapidement. Il a été démontré que la RPA offre des avantages majeurs en matière de coûts, de contrôle et de rapidité.

À l’avenir, l’intégration d’autres technologies, notamment :

  • la reconnaissance vocale ; 
  • la reconnaissance optique de caractères (OCR) ; 
  • le traitement du langage naturel et les outils d’apprentissage cognitif, ne fera qu’amplifier la valeur de la RPA. 

Les pionniers commencent déjà à en voir les résultats, sans parler du fait qu’ils posent les bases de solutions entièrement autonomes et alimentées par l’IA à l’avenir.